17 précautions pour éviter de perdre votre drone

Comment éviter de perdre votre drone ? Telle est la question que tout les pilotes se posent . Imaginez que vous avez finalement acquis le drone dont vous aviez toujours rêvé. Il est tout beau, tout neuf, vous avez fait les premiers tests de vol en conditions réelles et vous vous préparez à partir à l’aventure, explorer ses capacités et le pousser à ses limites. Et la c’est la catastrophe , votre drone se volatilise dans la nature!

Si vous n’avez pas envie de faire cette terrible expérience de voir votre petit (ou gros) jouet partir dans les airs, alors avant de partir en vadrouille, prenez les précautions qui s’imposent afin d’éviter cette fâcheuse situation.

Les causes les plus fréquentes de perte de drone

Si vous vous intéressez aux drones et au pilotage, et que vous vous informez ici et là, vous avez sûrement entendu parler des fameux “fly away”, c’est quand le drone s’envole et s’évapore dans la nature et qu’on le perd tout simplement, malheureusement sans grande chance de le retrouver, et même si on le retrouve il ne s’en sortira pas indemne.

La plupart des nouveaux drones actuels ont des mécanismes de sécurité intégrés qui réduisent les chances de “fly away” dans la plupart des cas. Malgré ça , on n’est jamais à l’abri d’un accident!

Ce qu’il faut d’abord savoir c’est que la plupart des cas de perte arrivent suite à des erreurs de pilotage, viennent après les problèmes logiciels, de mauvaises données du système de positionnement global ou la perte de connexion avec les contrôleurs.

De nombreux incidents se produisent également lorsque les appareils entrent en collision avec des bâtiments, des arbres, des fils électriques et autres obstacles ou tombent à l’eau.

Trêve de blabla voici les précautions à prendre pour éviter les bobos.

Les précautions à prendre pour ne pas perdre votre drone

Imaginez un parachutiste qui va réaliser un saut sans vérifier son matériel. Qu’adviendra-t-il de lui si son équipement ne fonctionne pas au moment crucial?

Comme un soldat qui vérifie son arme pour réduire au maximum les mauvaises surprises, vous devez vous préparer avant de faire voler votre aéromodèle. Voici quelques précautions à prendre pour vous y aider dans cette étape.

Conseil 1: Les vérifications du  premier vol

On a tous connu ce moment d’excitation après l’acquisition d’un nouveau drone et qu’on ait qu’une chose en tête : le faire voler le plus rapidement possible. C’est souvent à ce moment qu’on oublie d’évaluer convenablement la situation.

Il y a du vent ? Non, ça va aller, je saurai le maîtriser ! Il fait noir ? Non, ça va aller. Je vais allumer la torche ! L’espace n’est pas adapté ? Non, ce n’est pas grave, c’est juste pour un petit essai ! Non, non et non, ne vous précipitez pas, si les conditions ne sont pas bonnes, ne tentez pas de faire voler surtout s’il s’agit du dernier DJI à 1000 euro 😉 .

Conseil 2 : Attention au vent!

Le truc avec le vent, que vous connaissez probablement déjà, mais qu’on peut oublier dans le feu de l’action, c’est que plus vous volez haut, plus il est fort. Les conditions au sol peuvent être acceptables, mais cela peut ne pas être vrai plus haut. Alors, pensez y!

Gardez à l’esprit que les températures du vent et de l’air affectent grandement le comportement du drone en plein vol. C’est très simple : plus vous êtes haut, plus le vent est imprévisible, plus il est puissant et plus vous pouvez passer une mauvaise journée.

Pensez à la batterie s’il y a beaucoup de vent

Une autre chose à propos du vent à laquelle vous ne pensez peut-être pas est la quantité d’énergie dont votre drone a besoin pour y faire face. Si le vent souffle fort, le drone risque de consommer plus d’énergie et d’épuiser sa batterie plus rapidement . Prenez note de la direction et de la vitesse du vent avant de décoller et assurez-vous d’avoir suffisamment de batterie pour revenir.

vent drone

Est ce qu’il fait chaud ?

Un autre paramètre à prendre en considération est la température de l’air . avez-vous déjà vu un deltaplane en action ? Ces mouvements sont largement rendus possibles grâce à des courants d’air chaud ascendant. Souvent présents sur les collines, ces courants d’air sont extrêmement puissants. Ce genre de courant d’air peuvent déstabiliser votre drone et le faire cracher.

Faîtes gaffes aux turbulences

En survolant les collines, en particulier si vous franchissez le bord de la crête, attendez-vous à des turbulences. Cela peut également être le cas lorsque vous survolez un terrain spécifique, par exemple, en survolant la plage ou au-dessus du béton chaud d’une route ou d’un parking. Il y aura fort probablement des températures d’air différentes et donc des courants d’air chaud. Le risque est néanmoins minime pour les types de drones grand public, mais cela peut se traduire par des « sauts » surprises.

La pression atmosphérique a son mot à dire aussi

Une dernière chose avant d’en finir avec les conditions climatiques, la pression atmosphérique est aussi un paramètre (moins important) à prendre en considération, vous constaterez que votre batterie durera plus longtemps par temps frais que par temps chaud. L’air plus dense permettant aux hélices de créer plus facilement l’effet ascenseur nécessaire pour voler et vice versa. Pour un utilisateur lambda , ça à peu d’importance , mais pour une utilisation professionnelle sur toute une journée , ça peut fausser les calculs d’autonomie, donc c’est à prendre en considération !

Conseil 3 : Inspecter votre drone

Un défaut matériel (le GPS, le récepteur, une vis mal serrée, etc.) est un point sur lequel vous avez peu de contrôle lorsque votre drone est en l’air. Une hélice qui se détache en plein vol est une assurance que votre drone va s’écraser. Alors, avant de mettre en marche votre drone, vérifier les hélices, les fixations, la structure générale et assurez-vous que rien ne sorte de l’ordinaire. Vérifier si tout fonctionne correctement à basse altitude avant de vous envoler dans les cieux 🙂

vérification drone

Conseil 4 : Vérifier la configuration du point de retour RTH (home point)

La technologie évolue, celle des drones aussi. La plupart des modèles haut de gamme règlent automatiquement le point de retour RTH comme un repère GPS à rejoindre si par exemple la connexion est coupé avec la radiocommande. Assurez vous que votre modèle possède cette fonctionnalité. Si la configuration automatique du RTH n’est présente , assurez-vous de réaliser le réglage manuellement.

Pensez à mettre à jour la position GPS sauvegardée

Supposons que votre drone réalise la configuration RTH automatiquement. La dernière fois vous l’avez fait voler à 50 kilomètres de votre position actuelle. La vous êtes sur la plage, vous êtes impatient de réaliser votre vidéo de vacances, vous faites voler drone directement sans faire le moindre contrôle de routine. Et la , les piles de votre radiocommande vous lâchent , le drone perds la communication , mais, au lieu de revenir, il s’éloigne plus tôt. Votre drone a-t-il perdu le sens de l’orientation ? Pas du tout. Il se dirige vers les coordonnées GPS de votre dernière calibration. Pensez-vous qu’il va atteindre ces 50 km ? Je crois que non. Alors, laissez le temps à votre appareil de calibrer les coordonnées GPS de votre position GPS actuelle. Ceci lui permet d’effacer les enregistrements précédents et vous évite de le perdre.

N’oubliez pas. Si vous allez être en mouvement tout en pilotant votre drone (être sur un bateau, par exemple), assurez-vous d’effectuer le réglage en indiquant un point de départ dynamique.

Conseil 5 : configurez l’altitude du point de retour (RTH)

Maintenant que vous avez défini le point de retour RTH (« ReturnTo Home » ou « retour à la maison ») de votre drone, vous avez oublié de penser aux obstacles. Avouez-le.

Assurez-vous de régler l’altitude RTH de votre drone à une altitude décente, bien au-dessus de tout obstacle potentiel comme les arbres, les bâtiments et les collines. Certains drones comme le DJI Mavic ou le Yuneec Typhoon H  sont équipés des systèmes qui leur permettent d’éviter les obstacles. Mais les surfaces comme l’eau et le verre ne sont pas détectés. C’est également le cas des câbles ou des fines branches.

Si la luminosité est trop faible ou trop forte, le drone devient aveugle et risque d’heurter un obstacle lorsqu’il active le mode RTH. Certains modèle s’il se trouvent bloqué et n’arrivent pas à contourner un obstacle  reste en l’air jusqu’à l’épuisement de sa batterie. Réglez votre altitude de RTH en fonction de votre environnement. D’accord ?

Conseil 6:  Calibrez le compas (boussole) de votre drone

Vous savez ce qui arrive quand un avion ou un bateau se sait plus où se trouve le nord ou le sud ? Il tourne en rond, il peut aller partout sauf là où il faut.

La plupart d’entre nous ont peu de patience . Prendre le temps d’étalonner la boussole de votre drone est probablement l’une des choses que vous négligez. C’est un constat fait surtout par les gens qui voyagent beaucoup avec leur drone. La boussole de votre drone se désaligne avec le champ électromagnétique de différentes zones que vous traversez. Ceci risque de désorienter le drone lors du pilotage et au lieu de revenir vers vous, il va plus tôt ailleurs. Alors, calibrez votre boussole avant de prendre les airs 🙂

boussole drone

Conseil 7 :Vérifier les mises à jour du firmware du drone

Comme tout appareil électronique, les drones ont un logiciel qui gère leur automatisme. Une version obsolète du logiciel de votre drone peut vous valoir la perte de votre drone. Assurez-vous que le logiciel de celui-ci est toujours à jour.

Conseil 8 : Vérifiez que le GPS est activé( le mode ATTI)

Une autre négligence que vous pourrez faire est de faire voler au loin le drone en mode Atti (GPS et module auxiliaires éteints). Le mode ATTI est une fonctionnalité présente dans les drones DJI. Elle désactive tous les modules auxiliaires de positionnement et de stabilisation du drone. En gros vous devez compter sur vous mêmes à 100%  pour contrôler votre appareil. Là, à moins que vous vous êtres exercé auparavant ,  vous risquer fortement de regarder votre drone prendre le large sans possibilités de retour. N’utilisez le mode ATTI que si vous savez ce que vous êtes entrain de faire 😉

Conseil 9 : Vérifiez la configuration de la radiocommande

Si vous faites partie des personnes qui construisent personnellement leur drone à partir d’un kit DIY (do it yourself), assurez-vous que votre manette de commande est configurée correctement. Négligez cette précaution et attendez-vous à voir votre création vous désobéir ou s’en aller visiter des contrées inconnues avant de s’écraser lamentablement sur une paroi rocheuse.

N’oubliez pas aussi de vérifier le niveau de batterie/piles de votre radiocommande avant de l’utiliser.

Vous pouvez aussi prévoir des piles/batteries de secours si vous comptez utiliser votre drone intensivement.

Conseil 10— Habituez-vous d’abord à votre drone

Vous débutez avec les drones et vous avez du mal avec l’orientation une fois votre appareil éloigné ? Vous éprouvez des difficultés à le faire revenir ?

drone noob

Si c’est le cas, ne pilotez pas encore votre drone dans la nature. C’est la meilleure façon de le perdre. Entraînez-vous d’abord dans un environnement sûr comme votre jardin et idéalement en intérieur (assurez-vous de mettre des protections sur les pales pour éviter les incidents avec le mobilier). Une fois votre drone bien en main , vous pouvez partir à l’extérieur.

Si vous avez du mal à déterminer l’avant et l’arrière de votre drone une fois dans les airs , attachez des rubans de différentes couleurs sur l’avant et l’arrière du drone. Ceci vous indiquera si votre appareil recule ou s’il avance.

Conseil 11: Gardez un œil sur votre drone depuis le sol

Voulez-vous savoir où se trouve votre drone pendant votre pilotage ?
C’est très simple. Gardez les yeux sur lui comme un faucon. C’est le meilleur moyen pour le suivre :p.

Explorer la région depuis son Smartphone ou une tablette en mode FPV (First person view) est très immersif. Si vous tenez absolument à piloter en regardant l’écran de votre smartphone ou votre tablette, assurez-vous de vous faire assister par quelqu’un qui se charge de surveiller votre joujou. Ceci permet de prévenir les incidents et de le récupérer rapidement en cas de crash.

Voler au-delà du champ visuel est une raison très fréquente de perte de drone. Dans la plupart des pays, c’est illégal (voir le guide de réglementation). Si ce n’est pas le cas dans votre pays et que vous voulez avoir une expérience FPV (First Person View) , assurez-vous de savoir ce que vous faites. Et assurez-vous de ne pas faire de mal aux autres !

Conseil 12 : évitez les vols trop bas et près des objets

La connexion entre le contrôleur et le drone peut être perturbée si vous le faites voler très bas. Perdre un drone de cette façon est extrêmement probable si vous pilotez sur une longue distance. Rappelez-vous que voler trop haut n’est pas la seule erreur que vous pouvez faire. Voler bas et loin de vous est une gaffe encore plus grande.

Évitez de survoler les surfaces d’eau ou des zones avec beaucoup d’obstacles et de personnes jusqu’à ce que vous soyez très confiant dans le pilotage de votre engin.

Conseil 13: Respecter les limites de votre drone: la portée de contrôle du drone et l’autonomie

Savez-vous que votre drone a une distance au-delà de laquelle vous ne pouvez plus le contrôler ? Eh oui. Qu’il soit commandé par une connexion Bluetooth, WIFI ou radio, toutes ces connexions ont une distance au-delà de laquelle le signal s’arrête et vous n’avez plus d’autorité sur votre gadget.

Alors, prenez conscience de la portée du signal de votre équipement et de la distance qui vous sépare. En franchissant les limites, vous perdez la connexion avec le drone. Reprendre le contrôle et effectuer un atterrissage en sécurité devient difficile.

La vidéo ci-dessous est celle d’un gars qui à perdu le contact avec son drone mais a eu de la chance.

Pensez à l’autonomie de la radiocommande

Ce qui est vrai pour la portée de contrôle du drone est aussi valable pour l’autonomie de votre drone. une batterie Lipo (Lithium Polymère), bien que performante, ne permettra pas à votre drone de voler pendant  21 minutes si son autonomie est limitée à 20. N’espérez pas que votre drone aille au-delà de sa capacité. Sinon vous allez le perdre.

Garder aussi en tête que la batterie vieillie avec les cycles de charges/décharge et voit sa capacité diminuer. Un appareil qui vole neuf pendant 10 minutes ne sera plus en mesure de tenir autant au bout de 10 heures de vol.

Conseil 14: éviter les distractions

Encore une fois, le bon sens. La perte d’un drone comme le DJI Mavic pro qui coute un bras uu un Parrot Bebop 2 power vaut-elle vraiment l’attention portée sur cette jolie blonde  ? Cette conversation que vous avez avec un passant mérite-t-elle de voir votre drone piquer une tête dans le lac ? C’est étonnant de voir un si grand nombre de personnes perdre leurs gadgets à cause d’une distraction. Ayez du bon sens, votre investissement mérite toute votre attention.

Conseil 15 : éviter les zone d’interférences électromagnétiques

Savez-vous que les lignes électriques et les antennes téléphoniques peuvent causer la perte de votre drone ?

Pour contrôler votre drone, votre commande émet des ondes qui sont captées et interprétées par votre drone. Que se passe-t-il quand votre drone survole un espace où il y a une forte émission des ondes électromagnétiques ? C’est simple. Le signal qu’émet votre contrôleur est brouillé. Votre drone ne reçoit plus d’ordre et peut même être influencé par les ondes électromagnétiques plus puissantes. C’est une d’interférence.

Les interférences peuvent vous faire perdre un drone. Soyez conscient de toute interférence potentielle de la zone ou vous pilotez. Et par pitié, évitez les lignes électriques et les centrales téléphoniques. Elles sont la source d’ondes électromagnétiques puissantes.

Conseil 16 : Marquez votre drone

Ca peut vous sembler basique , mais coller une étiquette avec votre numéro de téléphone sur votre drone peut vous sauver la vie si vous le perder. Si vous égarez votre drone , une autre personne peut le retrouver et vous rappeler :).

Conseil 17 : Utiliser un tracker

Savez-vous quel est le meilleur moyen de retrouver un drone perdu ? Collez-lui un traceur aux fesses. Il aura beau n’en faire qu’a sa tête , vous saurez toujours ou presque où il se trouve.

Il existe 3 grandes familles de traceur :

Les trackers Bluetooth

C’est le type de tracker le plus simple du marché. Ils sont les moins chers mais en même temps les moins précis.  La portée de ce genre d’équipement est de l’ordre de 20- 30 m. Il est couplé avec une application qu’il faut installer sur smartphone. Le Tile est un bon représentant de cette famille de tracker. Si vous voulez vraiment quelque chose de plus robuste passez votre chemin.

Les trackers cellulaires

Ce type de tracker utilise le réseau cellulaire et  pour suivre votre drone, ce qui augmente la précision et la fiabilité. Ceux-ci ont un coût mensuel / annuel associé et ont une carte SIM qui diffuse les informations de localisation de votre drone. Vous pouvez également mettre votre propre carte SIM avec vos plans de paiement. Ils sont visiblement plus chers que les trackers Bluetooth. Un bon modèle est le Weenect qui est conçu pour les animaux mais facilement adaptable sur les drones et quadcopter .

Les tracker dédiés

Ce sont les trackers les plus chers du marché et sont également les plus précis. Ils s’adaptent à votre drone et sont livrés avec un appareil portatif dédié avec un écran. il indique la direction etla position du drone avec une précision extrêmement élevée dans un grand rayon de la zone de recherche. Ils ne viennent pas non plus avec des frais mensuels / annuels même s’ils sont plus chers que les tracker de suivi cellulaire , vu qu’ils se basent sur les émissions radio pour suivre le drone. Le modèle le plus connus est le Marco Polo .

Pour résumer

Prendre le temps de réaliser toutes ces précautions peut être fatiguant lorsque vous voulez simplement profiter de votre drone et faire de belles prises vues de ce paysage que vous admirez tant.

La technologie évolue et celle des drones aussi pour notre grand bien, Les fonctionnalités introduites par les constructeurs rendent le pilotage des drones plus sur et on se souciera moins de perdre un drone. Mais d’ici là, vous devez prendre toutes précautions nécessaires et mettre un traceur sur votre drone. C’est la seule manière de le garder avec vous pour un bon moment.

Maintenant que vous savez comment réduire le risque d’égarer votre drone. Allez-y et profitez au maximum de votre gadget.

Summary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *