Que faire pour votre drone qui est tombé à l’eau ?

Vous avez pris toutes les précautions et pourtant, à un moment donné, il se peut que votre drone tombe dans la mer, dans une rivière ou dans un lac. Cela peut arriver à n’importe qui, expert ou débutant dans le pilotage de drones. En effet, les causes qui peuvent conduire à cette situation sont nombreuses, dès lors que l’appareil survole un espace où il y a de l’eau :

  • Perte de contrôle sur le drone à cause d’une radiocommande défaillante ;
  • Drone à court de batterie ;
  • Enclenchement automatique de l’atterrissage d’urgence alors que le drone se trouve encore au-dessus de l’eau ;
  • Fonction RTH ou « Return To Home » non achevée jusqu’au bout ;
  • Panne technique quelconque, allant d’un problème de moteur à un problème d’hélices…

Plus rarement, un drone peut aussi finir dans l’eau alors qu’il survolait initialement une surface terrestre. Cela arrive le plus souvent aux mini-drones qui sont portés par le vent et qui sont propulsés dans l’eau.

Dans tous les cas, il demeure possible de « sauver son drone », à condition d’adopter les bons réflexes. Voici nos conseils pour réagir correctement face à votre drone qui tombe à l’eau.

Sortir le drone de l’eau

Avant toute chose, une remarque de sécurité : si vous apercevez votre drone qui est en train de faire son plongeon dans l’eau, évitez de le rattraper au vol. Non seulement vous risquez de vous blesser à cause des hélices qui tournent encore ou parce que vous allez vous-même plonger. Mais en plus vous risquez d’endommager définitivement l’appareil par mégarde, en serrant trop fort, par exemple.

Ensuite, abordons la réelle question : comment sortir le drone de l’eau. La réponse doit être nuancée selon que le drone flotte encore sur l’eau ou s’il s’est déjà noyé.

Lorsque le drone est à peine tombé à l’eau

Dans ce cas, il suffit de le repêcher là où il se trouve. D’ailleurs, si vous avez suivi de près votre drone, vous devriez normalement vous trouver dans cette situation. Soyez juste fin et habile, afin d’être sûr de n’endommager aucun composant de l’appareil.

Lorsque le drone s’est déjà noyé

Si le drone n’est plus visible à la surface de l’eau, c’est qu’il s’est déjà noyé. Dans ce cas, une récupération à la nage est possible dans des aires closes comme les piscines ou lorsque la profondeur ne dépasse pas encore les 3 mètres.

Au-delà, en particulier s’il y a des courants, nous vous déconseillons de recourir à cette pratique. Seule option : recourir à un professionnel de la récupération sous l’eau (encore faut-il que le drone en vaille vraiment la peine). Vous pourrez aussi tenter de redémarrer le drone pour qu’il sorte lui-même de l’eau, même si les chances sont minimes lorsque l’engin n’est pas waterproof. En essayant de ressortir le drone au moyen de son propre moteur, assurez-vous qu’il n’y ait personne aux environs car celle-ci risque d’être blessée. Faites aussi en sorte que le drone  ne fasse pas des dégâts environnementaux lors de ce redémarrage.

Les choses à faire après avoir récupéré le drone de l’eau

Voici  5 étapes à respecter une fois le drone en main :

Demander conseil

Il s’agit de s’adresser en premier lieu au constructeur qui a fabriqué le drone ou au moins, à son représentant officiel. En effet, ils sont les mieux placés pour vous dire quoi faire dans cette situation.

A défaut de réponse satisfaisante, vous pourrez aussi demander de l’aide à un professionnel de l’électronique ou à un expert en drone. Certains blogs spécialisés sont également de bon conseil.

Retirer la batterie

Il s’agit d’une démarche de précaution contre un enclenchement accidentel du drone et un geste pour sauvegarder la batterie et l’appareil.

Eliminer les résidus

Deuxièmement, débarrassez votre drone de toute espèce de résidus solides avec précaution, en particulier au niveau des hélices et du châssis – pour ne rien abîmer au passage. Il pourra s’agir d’algues, de sable ou de sel, si le drone est tombé à la mer. Dans ce cas, il est conseillé de rincer l’engin à l’eau propre car le sel est plus dangereux pour l’appareil que l’eau.

Sécher

Cette troisième étape déterminera le devenir de votre drone. En effet, correctement séchée, la majorité de ces appareils arrivent à revoler, même s’ils accusent plus ou moins quelques tares. L’appareil n’accuse souvent une défaillance quasi-totale que lorsqu’il n’a pas fait l’objet d’un séchage dans les normes.

Mais au fond, il n’y a pas véritablement de règles pour conduire cette opération :

  • La technique du riz est celle qui est la plus plébiscitée : il s’agit de prendre l’appareil et de le mettre dans un sac rempli de riz pendant environ 3 jours car ce dernier a la faculté naturelle d’absorption de l’humidité. Le sac doit être scellé hermétiquement, on peut ainsi utiliser ceux qu’on emploie pour mettre des aliments dans un congélateur. Le problème de cette pratique se révèle lorsqu’on a un très grand drone, nécessitant une énorme quantité de riz ;
  • D’autres préfèrent le séchage naturel, au soleil et au vent. Même si certains drones s’en sont sortis indemnes après ce type d’opération, sachez que les risques de rouille ou de corrosion sont supérieurs avec cette technique. De plus, l’élimination totale de l’eau n’est pas garantie. Vous pourrez ainsi faire face à un rétablissement seulement temporaire de votre drone ;
  • Vous pourrez aussi vous servir d’un spray hydrophobe. Il s’agit d’un composé qui disperse des microparticules de silicones afin de repousser l’eau. Si la technique est en général efficace, il convient de redoubler de vigilance au niveau des parties sensibles comme la carte interne ;
  • La technique du vernis ou laque pour les appareils électroniques n’a pas souvent été testée mais quelques expériences démontrent son efficacité, en particulier sur les parties que nous avons précédemment évoquées comme étant « sensibles ». Elle est donc un accompagnement idéal du spray hydrophobe ;
  • Enfin, les plus fous ont tenté (et ont réussi), en mettant le drone au four pendant 15 minutes à une température de 60°C. Cependant nous la déconseillons car le risque est beaucoup trop grand, non seulement pour le drone, mais aussi pour le four.

Laisser reposer

Votre drone a subi un « traumatisme », si l’on peut s’exprimer ainsi. Il convient donc de lui laisser un certain temps de repos. Ce temps sera aussi une mesure de sécurité pour s’assurer que le drone soit bien sec avant un quelconque redémarrage.

Souvent, un délai de 48 à 72 h est suffisant.

Vérifier

On n’est jamais trop sûr que son drone soit sorti d’affaire une fois qu’il a expérimenté l’eau. Voilà pourquoi un second check-in après repos s’impose : vérification qu’il n’y a plus de partie mouillée et que le drone n’a pas subi de gros dégâts (rouille, corrosion, ou autres types de dégâts).

Les choses à ne pas faire avec un drone mouillé

La partie précédente évoque le « to-do list ». Voici les choses à éviter avec un drone tout juste sorti de l’eau.

  • Rallumer : il ne faut jamais remettre le drone en marche après qu’il soit tombé dans l’eau. Vous risquerez de lui causer plus de dommage que de bien car des composants humides ne sont pas fonctionnels à 100% ;
  • Sécher avec un autre appareil électronique, comme le sèche-cheveux parce que vous risquez d’abimer le drone à cause d’une pression/ précision non-contrôlée. Le four rentre aussi dans cette catégorie, bien qu’elle ait été testée par d’autres ;
  • Se précipiter, c’est-à-dire paniquer et tenter à tout prix de sécher le drone avec un chiffon et le rallumer de suite. Prenez votre mal en patience et exécuter calmement les 6 étapes préconisées ci-dessus.

Réutiliser le drone après qu’il ait été remis en fonction

Une fois le drone sec et le délai de trois jours écoulé, vous êtes fin prêt à recommencer à faire voler votre drone. Selon la marque, la qualité de l’appareil et chaque situation spécifique, il est possible de retrouver l’engin dans le même état qu’il était avant. Il est aussi possible qu’il accuse certaines failles tout en demeurant pleinement fonctionnel. Enfin, il arrive qu’il ne remarche plus du tout. Dans tous les cas :

  • Revérifiez tous les composants en particulier la batterie, les hélices, le châssis, le moteur et le récepteur de la radiocommande car ils commandent la stabilité du vol du drone ;
  • Testez petit à petit, en faisant des vols courts (le tiers ou la moitié du temps de vol maximal de l’appareil pour commencer) et dans un environnement propice (pas trop de vent, ni d’obstacles) ;
  • Repérez les failles, s’il y en a et tenter de les corriger (ex : remplacement d’une pièce quelconque, ajustement, …) ;
  • Adressez vous à un professionnel pour qu’il donne un verdict d’expert.

Il vaut mieux prévenir que guérir …

Sauver un drone qui tombe à l’eau est donc tout à fait possible, mais pas sans contraintes, ni sans stress en particulier pour les modèles qui valent un certain prix. Si vous êtes du genre à piloter sur l’eau (pêcheurs, photographes dans un milieu aquatique, …) ou près de l’eau (vous avez une piscine, vous vivez près d’un lac, …), il est mieux de prendre ses précautions. A cet effet, divers systèmes peuvent être utilisés, voire combinés.

Usage d’un Water Buoy et assimilés

Une première idée serait d’accrocher un water buoy sous son drone. Il s’agit d’un porte-clé équipé de ballon rouge-orangé qui se gonfle au contact de l’eau et se met à clignoter.

Cette solution est certainement l’une des plus abordables, étant donné qu’elle ne vous coûterait pas cher. Cependant, elle est plus efficace pour repérer le drone qui est tombé que pour le sauver à proprement parler. Le drone sera toujours mouillé mais il sera maintenu à la surface par le ballon.

New Wave Swim Buoy New Wave Floating Key...
  • This bright yellow New Wave Swim Buoy Floating Keychain resembles our open water swim buoy, except it is fun-sized and is made of soft, pliable Polyurethane (PU) foam. Due to its radiant yellow color,...
  • For those of us that manage to lose their keys on a daily basis inside of their purses and backpacks, the New Wave Floating Keychain will be a true lifesaver. We will no longer have to perform the...
  • Imagine yourself vacationing in Bermuda with a loved one, or perhaps you met someone special at the airport. The two of you hit it off when they notice your bright and beautiful keychain, as it is...
  • Once you realize you were meant to be together, you also realize you never want to leave Bermuda, so the two of you quit your day jobs and invest in a fishing company together. For the rest of your...

Dernière mise à jour le 2019-10-16 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Des flotteurs fixés aux trains d’atterrissage ?

Les flotteurs sont aussi une solution à envisager car ils empêchent littéralement votre drone de ce noyer. Ils sont souvent installés sur le train d’atterrissage afin de maintenir l’appareil sur l’eau.

Certains modèles en sont déjà équipés ou ont des flotteurs disponibles par un achat séparé. C’est le cas pour les grandes marques comme DJI (en particulier, le Mavic Pro) ou Parrot (avec son Bebop).

Pour les autres, il faudra adapter des flotteurs présents dans le secteur de l’aéromodélisme à votre drone. Comme par exemple celui d’un mini-hélicoptère. Sinon, vous pourrez toujours recourir aux solutions DIY (Do It Yourself) en créant votre propre flotteur et en l’installant vous même.

Cependant, le risque est de concevoir des flotteurs qui ne sont pas totalement équilibrés. Le poids de celui que vous installerez sur le côté droit du drone peut ne pas s’équilibrer avec le poids de l’autre installé sur le côté gauche. Dans ce cas, celui qui pèsera plus lourd emportera votre drone dans une inclinaison qui ne pourra pas être maitrisée.

Promo
PENIVO Protector Spark Surface d'eau...
  • Ajuster la surface de l 'eau SPARK DRONE Décollage / atterrissage, kit flottant avec train d' atterrissage allongé.
  • Matériel: Plastique, paquet inclus: 4x balles flottantes + 4x jambes étendues.
  • Léger, portable, facile à transporter et à installer, pour protéger parfaitement votre appareil photo SPARK.
  • Comme un flotteur pour votre DJI Spark prendre une vidéo unique avec ce jeu de boule flottant. Vidéo sur les boules flottantes étincelantes: https://youtu.be/tEvwvZo3WFU

Dernière mise à jour le 2019-10-16 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Des drones waterproof ?

Une troisième solution serait de recourir totalement à des drones conçus pour voler au-dessus de l’eau, c’est-à-dire waterproof. Attention, il existe deux niveaux d’étanchéité :

  • Les drones qui supportent un contact liquide, comme de légères vagues ou la pluie ;
  • Et les drones qui sont entièrement étanches et supportent une immersion totale dans l’eau. Cette seconde catégorie est celle que nous entendons par waterproof et celle que nous conseillons, même si les appareils qui y figurent valent plus chers.

Ainsi, nous pouvons vous conseiller :

Conclusion

En conclusion, un drone à l’eau n’est donc pas un drone perdu. Il est tout à fait possible de « voler » à son secours, en adoptant les bons réflexes. Cependant, si vous êtes amateurs d’environnements avec une certaine présence d’eau, il est mieux de se préparer à toute éventualité en protégeant votre drone de la noyade ou en ayant recours à des drones étanches.

Summary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous nous quittez déjà ?

Jetez un coup d'oeil sur les bonnes affaires  en cours avant :) !

Voir les bons plans en cours